Encyclopédie du casino

Jeuxdcasino Encyclopédie
par Max Farado | 25/12/2019

L’histoire des jeux d’argent est intimement liée à celle des Hommes puisque certains vestiges découverts par les archéologues semblent remonter à 3000 avant J-C. De tout temps, la nature humaine a été attirée par le jeu et de tout temps, les gouvernements du monde ont cherché à en encadrer la pratique. Entre gestion des risques et rentabilité difficile de trouver l’équilibre, mais rien qui puisse freiner la progression galopante des jeux de hasard. Avec l’essor du casino en ligne et des appareils nomades, ils semblent constituer aujourd’hui une part non négligeable des activités de loisir et un soutien incontournable au budget des États.

Pourquoi joue t-on ?

Qui n’a jamais tenté sa chance à une loterie ou à un jeu de grattage, en rêvant fébrilement à tous les projets extraordinaires que l’argent permettrait de réaliser ? Les probabilités réelles de gains n’y changent rien, on joue généralement dans l’espoir d’améliorer son train de vie ou simplement pour l’excitation du jeu, quitte à tout perdre.

La perspective justement de gagner ou de perdre suscite des émotions fortes. L’excitation (adrénaline) et la sensation de bien-être (dopamine) s’entremêlent le temps d’une session de jeux d’argent loin de l’ennui et de la routine du quotidien. Et forcément plus on joue, plus l’envie de rejouer se fait forte, avec le risque de tomber dans la dépendance. Un risque plutôt bien encadré aujourd’hui, et que veillent à limiter les meilleurs casinos en ligne.

Les débuts des jeux d’argent

Difficile d’estimer précisément la date d’apparition des jeux d’argent, mais il semblerait qu’elle remonte à plusieurs milliers d’années. Nous sommes alors autour de 3000 avant J-C et l’Egypte, la Chine, l’Inde et l’Ancienne Babylone sont déjà friandes de paris. On s’en remet au hasard pour formuler des hypothèses sur le dénouement des guerres ou des batailles de sangliers et l’on s’adonne régulièrement aux jeux de dés, fabriqués à partir d’os et d’ivoire.

Un peu plus tard, avec l’Antiquité grecque puis romaine, apparaissent les courses de chars, ancêtres de nos paris hippiques et sportifs d’aujourd’hui. Propulsés dès le VIIIème siècle avec les Jeux Olympiques, on y retrouve déjà des équipes et des supporters revêtant les couleurs de leurs favoris. À une époque très restrictive où la législation romaine interdisait tous les jeux publics et privés, seuls les jeux sportifs de ce type sont autorisés alors même que les populations d’alors raffolaient de jeux en tous genres.

C’est aussi à Rome que se développent les premières loteries, mais de manière beaucoup plus progressive.

Jeux d’argent et oppressions

Le temps passe et avec le Moyen-Âge apparaissent en France les premiers jeux de cartes qui ouvrent la porte à une multitude de variantes. Un succès extraordinaire, permis notamment par l’invention de l’imprimerie en 1454 et dans lequel chaque couche de la société a son rôle à jouer. Le pique pour la noblesse, le cœur pour le clergé, le carreau pour les bourgeois et enfin le trèfle pour les paysans.

Seulement voilà, accusés d’avoir été inventés par le Diable et de favoriser les vices de toutes sortes, les jeux de cartes subissent très tôt l’opposition de l’État, des philosophes et du clergé. On condamne par écrit à grands coups de pamphlets et de textes officiels ce qui conduit inévitablement à l’interdiction des pratiques de ce type. Alors on se réunit dans les appartements privés de la noblesse transformés en salles de jeux clandestines le temps de quelques parties endiablées. La noblesse, la Cour et l’armée étant à l’époque les seules à disposer de suffisamment de temps et d’argent pour s’y adonner.

Dans le même temps, la loterie fait timidement ses premiers pas dans l’Hexagone avec un premier tirage autorisé en 1539 par François 1er. Le jeu devient ainsi enfin accessible aux milieux les plus modestes mais l’initiative n’a rien d’innocent. L’idée ici, c’est d’augmenter les recettes du trésor royal afin de combler la dette du pays et de permettre la construction de nouveaux édifices militaires ou religieux. En conséquence, seules les loteries royales sont autorisées. La Loterie de l’École Militaire créée en 1774 contribuera par exemple au financement du Champ de Mars et de l’École Militaire. Tous les autres types de loteries restent strictement interdits.

Conscient de l’attractivité et de l’impact des jeux d’argent au sein de sa propre Cour, Louis XIV opte pour davantage de souplesse. Sous son règne, les jeux sont tolérés mais encadrés de réglementations très strictes afin de garder un contrôle total. Mais les attaques ont la vie dure et les décennies suivantes voient la suppression puis la réhabilitation de la loterie, qui deviendra finalement la Loterie Nationale en 1933. L’ancêtre de notre traditionnel Loto qui nous laisse rêver chaque semaine à des gains extraordinaires.

C’est ce même siècle qui verra finalement la légalisation de tous les types de jeux, encadrés ici encore d’un vaste éventail de réglementations destinées à prévenir le risque de fraude et de dépendance.

L’apparition des premiers casinos

Au 17ème siècle, alors qu’il faudra patienter près de 400 ans supplémentaires avant de voir émerger la perspective d’un casino en ligne, les jeux d’argent trouvent un nouveau souffle dans la création des tout premiers casinos terrestres. Rien de comparable à ce que nous connaissons aujourd’hui bien sûr, mais des hôtels offrant de nouveaux espaces de divertissement à des joueurs impatients de s'affronter autour d’une partie de cartes.

Il faudra attendre 1806 et un décret autorisant l’ouverture de casinos dans les stations balnéaires et «pour les lieux où il existe des eaux minérales, pendant la saison des eaux seules et pour la ville de Paris» pour voir fleurir les premières structures familières en France. Ceci afin de proposer à la clientèle fortunée des stations thermales de nouvelles formes de divertissement, tout en préservant les familles les plus pauvres de la tentation du jeu.

La loi de 1919 interdira quant à elle l’exploitation d’un casino physique dans un rayon de 100 km autour de Paris, une restriction toujours en vigueur aujourd’hui hormis pour la ville d’Enghien les Bains qui fait l’objet d’une exception depuis 1931.

Ce sont désormais 190 établissements dédiés aux jeux d’argent qui se répartissent sur le territoire, avec une offre globalement homogénéisée :

  • Les machines à sous, inventées par Charles August Fey en 1898. On en retrouve aujourd’hui près d’une centaine de modèles différents.
  • La roulette, apparue en France au 19ème siècle. Les Américains la modifient légèrement en créant la roulette à double 0.
  • Le blackjack, apparu aux États-Unis au 18ème siècle.
  • Le craps, incontournable désormais et inventé en Angleterre au 18ème siècle.
  • Le poker, dont les versions préliminaires remonteraient à 900 après J-C, en Chine. Sa version moderne se développe en Nouvelle-Orléans durant le 18ème siècle tandis que sa version la plus populaire, le Hold’Em, se forge une réputation dans le Nevada durant les années 70.

Le Nevada qui abrite d’ailleurs aujourd’hui la capitale mondiale des jeux d’argent, Las Vegas, malgré la progression spectaculaire d’autres établissements terrestres comme le casino de Macao.

L'essor des casinos en ligne

Dès les années 70, avec le succès fulgurant des machines à sous, il a fallu se renouveler. Pour plus de fluidité de jeu, les machines à sous traditionnelles cèdent progressivement la place à des variantes électroniques. Pour la première fois, la technologie s’insère dans les jeux d’argent pour ne plus jamais s’en défaire.

Quelques années plus tard, au début des années 1990, Internet fait une entrée fracassante et ouvre la porte à tout un univers fascinant de jeux en ligne qui amène avec lui la possibilité de découvrir son activité favorite sous un genre totalement nouveau. 

On y découvre alors le jeu à plusieurs et en réseau, un degré de sécurité alors inégalé et une liberté totale à laquelle les joueurs avaient à peine osé rêver. Un cadre réglementaire est ébauché en 1994 et le premier site de jeux d’argent en ligne voit le jour l’année suivante. Celui-ci existe d’ailleurs toujours aujourd’hui, sous le nom d’Intercasino.

On recense désormais plusieurs milliers de casinos en ligne partout à travers le monde, et l’intérêt des joueurs pour les supports mobiles continue d’aller croissant. Il faut dire que l’accessibilité y est continue et les chances de gagner bien souvent plus importantes et ce, même à partir des mises les plus réduites. Le secteur des jeux d’argent en ligne génère ainsi chaque année plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Aux côtés des plateformes classiques imitant l’offre des casinos physiques traditionnels, on retrouve également une forte demande du côté des paris sportifs et du poker, devenu très à la mode depuis la retransmission annuelle des championnats mondiaux.

Aujourd’hui on échange, on s’affronte, et l’on passe de bons moments avec d’autres passionnés issus d’un peu partout sur la planète. Largement démocratisés par les médias, les jeux d’argent en ligne ont ouvert de toutes nouvelles perspectives et ont permis à des acteurs inédits de se faire une place durable dans ce type de marché.

Alors bien sûr, pas de jeu sans restrictions et les casinos en ligne sont encore interdits dans bon nombre de pays. L’Autorité Nationale des Jeux a désormais pour mission de définir les modalités d’autorisation des plateformes et de lutter contre toutes les formes de déviance qu’il s’agisse des paris frauduleux ou du jeu excessif.

On constate à ce sujet que les comportements addictifs se sont largement répandus depuis 2010, date de l’ouverture de la concurrence sur les marchés de jeux d’argent en ligne.

Prudente, la France n’autorise aujourd’hui que les paris sportifs, les paris hippiques et les jeux de cercle. Aucun casino en ligne n’est aujourd’hui légal sur le territoire, ce qui conduit bon nombre de joueurs à se tourner vers des plateformes internationales. D’où la nécessité d’apprendre à reconnaître un casino en ligne fiable parmi une offre largement saturée.

Entre restrictions, autorisations et progrès techniques, les jeux d’argent poursuivent dans tous les cas leur chemin aux quatre coins du monde, évoluant sans cesse afin de s’adapter toujours mieux aux envies et aux pratiques des joueurs qui en ont fait le succès.

Sources

  1. REYNAUD Pascal, Jeux d’argent et de hasard sur Internet : est-ce légal ? 2020 [en ligne]. Disponible sur : https://www.reynaud-avocat.com/la-l%C3%A9galit%C3%A9-des-jeux-d-argent-sur-internet/
  2. Sénat.fr, Similitudes et convergences. 2020 [en ligne]. Disponible sur : https://www.senat.fr/rap/r01-223/r01-22344.html
  3. PIAZZA Pierre, Les machines à sous en France : orientations étatiques et addiction au jeu. 2020 [en ligne]. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-psychotropes-2007-3-page-117.htm
  4. HAROUEL Jean-Louis, « De François 1er au pari en ligne : histoire du jeu en France ». 2011, [en ligne]. Disponible sur : http://expositions.bnf.fr/jeux/credits/01.htm
  5. CARUSO Arnaud; FAYDIGA Alexis, Les jeux d’argent en ligne : L’impact du numérique sur les jeux d’argent. 2016 [en ligne]. Disponible sur : https://lesmondesnumeriques.wordpress.com/2016/01/24/les-jeux-dargent-en-ligne/
  6. BELMAS Elisabeth, Jouer autrefois: essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle). 2006.

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez les meilleures offres de bienvenue des nouveaux casinos
et ne manquez aucun bon plan pour jouer en ligne!

En vous inscrivant, vous confirmez avoir plus de 18 ans.